Les prochaines randos…

Mis en avant

Téléchargez le programme du trimestre ou cliquez sur la randonnée qui vous intéresse pour avoir tous les détails de la sortie : description, rdv, etc…

Le détail des prochaines randonnées n'est pas encore disponible. Vous pouvez consulter le programme du trimestre en attendant.

07 Décembre 2014 : Joëlette au Mouton d’Anou

Nous laissons la parole à Chantal pour vous conter cette belle journée de solidarité.

C’est en convoi que nous allons jusqu’à un parking au-dessus du col de Vence pour préparer et assembler les fameuses Joëlettes ! Mais qu’est-ce donc qu’une Joëlette ? Et bien c’est une chaise à porteur avec une roue au milieu, elle a des bras devant et derrière qui permettent de la tirer et de la pousser, sans oublier les poignées sur le côté tenues par deux personnes qui servent de soutiens pour l’équilibrer. Allez en route !!!
Nous avons le plaisir de pouvoir emmener sur les sentiers Évelyne et Catherine qui sont bien contentes de se balader sur les sentiers, d’autant plus qu’il fait très très beau et que nous étions un bon petit groupe à avoir répondu présent.
Les équipages se mettent en route mais c’est sur les chapeaux de roues que nous avançons, à tirer et à faire rouler les Joëlettes à travers les sentiers caillouteux, pour se rendre au Monton d’Anou. Nous avions bien besoin de toute l’aide de nos guides qui avaient bien répondus présents, Alice, Philippe, Thomas, Mathieu et Pierre pour faire progresser nos belles Joëlettes. Mais les enfants ne sont pas restés en retrait et ont bien fait avancer nos fauteuils volants, même un peu trop vite !!
Et puis nous arrivons en haut d’un sommet sur une belle plaine où nous voyons pas mal de petites accumulations de pierres et Philippe nous explique que ce sont des signes de l’époque romaine et grâce à plusieurs fouilles, on a retrouvé des sépultures avec des poteries. On trouve la trace d’une peuplade qui est restée au moins jusqu’à l’invasion romaine, la principale activité était la culture mais aussi la protection des invasions extérieures. Encore aujourd’hui on a une activité agro-pastorale importante avec les grands filets tendus que l’on peut voir autour et qui permettent de parquer les bêtes.
Nous entamons une descente assez impressionnante avant de remonter à notre sommet pour notre pause déjeuner où les bras travaillent dur car il faut surélever les Joëlettes au-dessus des grosses pierres et passer à travers les arbustes d’églantiers ou de ronces. Un repos bien mérité, avec un feu improvisé par nos guides, un fromage est même fondu (la prochaine fois il faudra amener des guimauves) et pleines de bonnes douceurs sont échangées, car après l’effort vient le réconfort !!
Et puis nous repartons et entamons notre chemin de retour à travers la forêt où les Joëlettes doivent éviter des flaques de boues, crapahuter par-dessous des cailloux, traverser les chemins marécageux, et affronter les pentes au pas de course !
C’était une expérience inoubliable, car deux personnes ont pu participer à une belle ballade au milieu de la nature qui apaise et qui nous ressource, et qui n’auraient pas pu le faire sans ce système ingénieux qu’est la Joëlette. Nous reviendrons même si nos bras s’en souviennent !!

Merci à Chantal, Laurence et Stéphanie pour leurs photos.
Et merci à tous les participants!

Et en bonus, le long travail pour allumer un feu. Contrairement aux apparences, c’est un beau brasier qui naquit de cette quelques feuilles fumantes!

23 Novembre 2014 : Chapelle Sainte Anne du Mounar

Il faut croire que le ciel a apprécié notre pèlerinage de ce dimanche en nous offrant une belle surprise et en contrariant les prévisions météo! En effet le ciel était plutôt sombre, lorsque nous nous sommes tous retrouvés au RDV. 30 minutes plus tard, lors de notre arrivé à Clans, le bleu apparaissait déjà et c’est finalement un magnifique et chaud soleil qui nous a accompagné toute la journée. Trop chaud même pour des randonneurs préparés à affronter des températures un peu fraîches! Mais nous n’allons pas bouder notre plaisir de profiter de ces belles conditions fin novembre!

Nous sommes donc parti de Clans, un charmant village que la plupart d’entre nous découvrait avec étonnement. Qui soupçonnerait la présence ce cette magnifique collégiale entourée de ruelles médiévales joliment rénovées, de nombreux champs d’olivier, d’autant de maisons, … sur ce grand plateau à flanc de la rive gauche de la Tinée.

Pour cette randonnée, nous étions accompagné en plus de Matthieu, jeune stagiaire accompagnateur en montagne mais surtout habitant de Bairols qui allait à l’école de Clans : un vrai local donc, qui a partagé avec nous sa connaissance du territoire.

Nous avons suivi le beau chemin muletier, à flanc de l’ubac du vallon du Mounar. De rentrants en croupes, tantôt en sous bois, tantôt traversant des rocailles, notre itinéraire monte en pente douce et régulière, notre rythme étant seulement ralenti par la traversée de quelques torrents. Le passage dans une châtaigneraie nous offre un petit ravitaillement et c’est ainsi que nous atteignnons tranquillement notre objectif du jour.

La Chapelle Sainte Anne est superbement située sur un promontoire, dominant l’ensemble du vallon. Entourée d’une véritable pelouse verdoyante, de fontaines et même de tables pique-nique, c’est une terrasse idéale pour notre déjeuner!

Il ne nous reste plus qu’à revenir sur nos pas sans traîner, la nuit arrivant bien tôt à cette saison. Ce qui permet de profiter des couleurs rougeoyantes du soleil couchant en pleine après-midi! C’est ainsi dans un festival de couleurs d’automne que s’achève cette belle journée.

Merci à Stéphanie pour les photos

 

16 Novembre 2014 : Sur les pas de Napoléon

Après cette longue période d’intempérie, le soleil était enfin de retour pour notre plus grand bonheur. Le ciel était même plus bleu que jamais. Et grâce au sol calcaire dans lequel l’eau s’infiltre quasi instantanément nous avons pu fouler un terrain quasi sec!

Malheureusement trop de randonneurs n’ont pas voulu croire en ce beau temps impensable le déluge de la veille et ont du s’en mordre les doigts. C’est donc un petit groupe de dix, accompagnateur compris, qui s’est élancé sur les traces du plus grand empereur des Français. Nous avons en effet  suivi l’ancestral chemin reliant St Vallier à Escragnole que le célèbre Napoléon Bonaparte emprunta en mars 1815 après avoir débarqué à Juan-Les-Pins lors de son retour d’exil à l’Ile d’Elbe.

Mais le chemin que nous empruntons, n’est pas seulement l’ancienne « Route Napoléon », mais surtout un axe de circulation emprunté depuis des milliers d’années, en témoigne les anciens murs de soutiens, passages pavés, marches, … et la chapelle Saint Martin perchée sur son éperon et superbement rénovée.

Au terme d’une montée douce et régulière, d’ailleurs tellement douce que personne n’a l’impression d’avoir tout de même gravi 500m de dénivelé. Au terme de cette montée donc, nous atteignons la forêt de Briasq et trouvons en emplacement idéal pour nous sustenter : abrités du vent et face au soleil, en balcon au dessus de la vallée de la Siagne, les sommets de l’Estérel se détachant en ombres chinoises sur la méditerranée scintillantes, …

Pour la descente, l’itinéraire un peu plus direct nous fait réaliser que l’on avait quand même bien monté! Les passages en sous bois nous offrent des parterres de champignons que nous essayons d’identifier avec plus ou moins de succès… Grâce à quelques randonneurs mycophiles, nous devrions maintenant au moins être capable de reconnaître les fameux Sanguins.

Ils ne nous reste plus qu’à repasser le vieux pont en pierre enjambant la Siagne en furie pour rejoindre nos véhicules.

Merci à tous les participants d’avoir fait confiance à la météo et à leur guide!

 

1er et 2 Novembre 2014 : Lac Autier & co

Ce week-end nos deux randonnées, Loisir et Sportive, ont pris la direction du Lac Autier au cœur d’un magnifique paysage d’automne nous offrant un festival de couleurs! Dimanche, les « loisir » se sont contenté d’un aller-retour au lac, ce qui en soit est déjà un bel effort! La veille, les « sportifs » avaient continué l’ascension par un itinéraire sauvage pour rejoindre la Baisse du Basto puis redescendre via le Refuge de Nice.

Pour tous, le plaisir des yeux a été le même, et les observations nombreuses : chamois, bouquetins, hermines, lagopèdes, saxifrage à fleurs multiples, etc…

Deux très belles sorties pour profiter une dernière fois du Mercantour et de l’été indien qui cette année joue les prolongations… avant l’arrivée imminente de la neige!

Je laisse la parole à Chantal, randonneuse du groupe « loisir » :

Nous étions 15 randonneurs avec notre guide Thomas, et nous remontons la vallée de la Gordolasque après Belvédère pour arriver au pont du Countet. La Gordolasque prend source dans le vallon de la Fous sur la commune de Belvédère. On part du pont du Countet, porte du parc national du Mercantour. Les températures douces et un franc soleil avec tout de même un fond d’air frais piquant quand on est à l’ombre, nous font comprendre qu’on a de la chance d’avoir un aussi beau temps en novembre ! Mais les couleurs de l’automne ont bien commencées leur panaché de teintes dans la nature, car c’est une forêt d’arbres orangés jaunes qui nous accueillent avec encore bien présents des arbres verts et un ciel bien bleu. Nous nous engageons sur un sentier bien large au milieu d’un paysage minéral avec les yeux aux aguets pour essayer d’apercevoir des chamois, bouquetins ou autres espèces animales. Et hop nos vœux sont exaucés et un chamois pointe le bout de son nez avec sa robe foncée, mais reste loin car ils sont assez peureux. Nous continuons notre chemin au milieu du paysage sauvage protégé par le parc du Mercantour.
Nous croisons des fleurs de Gentiane, et Thomas nous dit que selon un proverbe on peut estimer le niveau d’enneigement de l’année qui suit grâce à sa hauteur. Nous traversons un joli pont de bois et là Thomas nous annonce que notre montée commence sérieusement. Nous gravissons des grosses roches serpentant au milieu des replats herbeux. Et pour notre plaisir, deux chamois broutent l’herbe sur notre gauche nous accordant un petit moment de pause dans cette montée. Et après avoir monté et encore monté des grosses marches en pierre qui font travailler les mollets, nous arrivons enfin à une plaine qui entoure le lac Autier à 2275 m. Ce lac alimente les eaux de la Gordolasque.
Nous nous mettons à l’aise sur cette étendue herbeuse bien douillette pour notre pause déjeuner. Puis nous allons admirer tout doucement deux bouquetins qui vivent tranquillement à quelques mètres de nous et vu qu’ils ne sont pas du tout peureux, on a tout le loisir de les prendre en photo et surtout de les approcher de très près ! Et puis nous redescendons par le même chemin mais avec un décor changeant grâce à la lumière du jour qui nous offre une carte postale différente. Et nous redescendons encore et toujours au milieu des grosses pierres et des multitudes de cailloux. Je me répète mais imaginez la rivière la Gordolasque, coulant au milieu d’un vallon herbeux, de chaque côté des montagnes de roches grises, recouvertes d’arbres orangés et verts, le tout parsemé d’un ciel bien bleu et le soleil éblouissant tout ce paysage. Un décor de carte postale, ça valait le coup de venir ! Merci encore pour cette pause bien dépaysante !

Et merci à tous pour vos photos!