25 Janvier 2015 : Baou de Saint Jeannet et Castellet

La bonne humeur et les lunettes de soleil étaient de sortie en ce beau dimanche de Janvier dans l’arrière pays Vençois. Le printemps est déjà là, ou bien c’est l’automne qui s’accroche. Pourtant les sommets du Mercantour que l’on voit bien depuis le Baou témoignent des conditions hivernales à quelques encablures.

Mais les crocus sont de sortie au pied des falaises de calcaire et on supporte facilement l’ombre des yeuses, ces beaux chênes toujours verts typiques de notre Provence.

La montée est raide jusqu’au Castellet mais on a le temps et la vue vaut le détour. On ne trouvera pas le trésor d’Arnaud de Villeneuve le célèbre alchimiste du Moyen-Age mais d’autres trésors nous attendent sur le Baou.

Il faut prendre patience et rester vigilants sur le lapiaz final, le sentier s’efface au profit de la pierre et il faut regarder où on met les pieds. Le karst, paysage modelé non pas par l’érosion mais par la décalcification, c’est très beau mais dangereux pour les chevilles et les genoux…

Arrivés au belvédère on embrasse une bonne partie de la Côte d’Azur et le Mercantour au Nord avec Argentera, Gelas, Malédie et bien d’autres. On profite à l’abri du vent tandis que d’autres s’adonnent à la slack line au-dessus du vide, chapeau!

Bravo à tout le groupe et merci pour ce moment :-)

Pierre.

18 Janvier 2015 : Raquettes dans le vallon de Terre Rouge

Enfin de la bonne neige fraîche !!!

Nous avons eu la chance de pouvoir randonner suite à une chute de neige. La journée était idéale : neige moelleuse comme de la chantilly, ciel bleu azur, participants souriants, pas de vent, et un soleil nous offrant le réconfort nécessaire pour faire face au froid.

Nous avons suivi une trace de ski de rando afin de nous économiser dans la montée.

Après l’effort, le réconfort! Le repas fut instructif grâce à une explication et exercice avec des ARVA (Appareil de Recherche de Victime d’Avalanche).

Durant la descente nous avons profité de la neige fraîche pour sauter comme des chamois.

Merci à tous, ce fut un plaisir, a bientôt pour de nouvelles aventures.

Quant aux paysages je laisse parler les photos ….

18 Janvier 2015 : Raquettes sportives autour d’Isola 2000

La section sportive d’Altiplus n’a pas reculé devant les températures hivernales, – 11 degrés sur le parking d’Isola 2000, et bien lui en a pris. Le soleil a inondé les grandes étendues de neige fraîche, poudreuse, légère et immaculée, et les sourires se sont installés durablement sur les visages.

Après avoir rejoint les lacs de Terres Rouges nous sommes redescendus quelques dizaines de mètres puis remontés au Col de Mercière. Il était temps, les estomacs criaient famine. Un picnic bien entouré : Malinvern, Tavels, Costasse, Claus, Portettes, Giegn d’un coté. Toute la crête des Millefonts de l’autre : Pépoiri, Margès, Giraud. Mais aussi : Mont Saint Sauveur, Pelevos, Sistron… une vue à 360 degrés!

Les niveaux d’énergie refaits, nous voilà repartis pour le sommet de la Tête Mercière, une superbe crête nous attend. Là haut on ne traîne pas, un petit souffle fait encore baisser le thermomètre.

Et puis la descente nous tend les bras. Malgré la fatigue les visages se sont illuminés en dévalant les pentes, en glissant, chutant, courant, comme des enfants dans cette couche de neige profonde… des belles images à ramener dans la vallée.

Bravo à tous les participants et merci pour ce moment.

Pierre.

11 Janvier 2015 : « Altiplus est Charlie » au collet d’Huesti

Avant propos: La recette de cette journée hors adhésion est reversée au magazine Charlie hebdo pour un soutien manifeste au droit d’expression.

Texte et photo de Chantal Mei

En ce dimanche nous étions nombreux à venir randonner sur les sentiers avec un superbe temps et des températures assez douces. Mais c’est aussi un dimanche très particulier, car notre cœur, celui de chaque randonneur criait tout haut « je suis Charlie », alors nous avons marché pour Charlie qui nous a accompagné tout au long de notre journée. Nous sommes partis du Cros d’Utelle avec deux guides Philippe et Mathieu, et deux invités surprise se sont joints à nous : Marion et Gabriel avec leur petite princesse qui a randonné sur le dos de son papa bien à l’aise. Cheminant à travers les pins d’Alep et beaucoup de végétation, nous voyons les terrasses de cultures qui nous entourent et les terrains sont propices pour les moutons (qui sont restés cachés). On peut voir aussi beaucoup d’oliviers et Philippe nous explique qu’ils sont beaucoup exploités ici et que nous sommes pratiquement à la limite de leur implantation qui est à 800m d’altitude, c’est un arbre qui résistera moins bien au-delà. Nous continuons notre chemin à travers la végétation bien présente et nous passons sous une arche de rochers qui ont une particularité. Il y a eu une rivière qui s’est écoulée à travers les roches et qui s’est fossilisée. Cet écoulement a créé une trace tout le long de la roche avec les galets qui ont été transportés et emprisonnés dans l’argile. On peut apercevoir des petites formations de calcites, l’eau qui s’est infiltrée, et avec le calcaire qui ressurgit avec la réaction chimique commencent à dissoudre la roche et à se déposer à la surface.
Nous voyons toujours une végétation bien diversifiée et généreuse composée de pins d’Alep, avec beaucoup de buis, des genêts, des cyste cotonneux, du Cade (genévrier sous forme d’arbre pouvant atteindre 4 à 5 m de haut) et du genévrier.
Après une belle montée tout en douceur, nous avons vue sur les sommets environnants avec le mont Vial, les roches rouges du Daluis et le mont Mounier. Le village de Gilette nous fait un clin d’œil de loin et nous terminons le dernier tronçon de notre montée où notre super Philippe nous annonce que le spectacle va commencer… Nous dépassons les derniers arbres pour arriver sur un plateau et là… époustouflant, un panorama magique s’offre devant nous, nous laissant sans voix et nous laissent échapper des « Waouh » d’admiration. Toute la chaîne des montagnes enneigées est devant nous comme le grand Capelet et le Clapier, entourées de végétation, de la chaleur du soleil et du bleu éclatant du ciel, on pourrait rester indéfiniment devant ce magnifique tableau. Nous sommes donc arrivés au collet d’Huesti. C’est l’endroit idéal pour s’arrêter déjeuner, nous buvons à la santé de Marie-T. qui fête son anniversaire, les boissons coulent à flot.
Nous repartons et nous empruntons une descente assez caillouteuse et nous avons vue sur le village de la Bollène Vésubie, la forêt de Turini, la fameuse montagne de l’Authion qui est chargée d’histoires par la présence des allemands en 45 et avec plus de 2500 militaires qui occupaient les forts datant d’avant Maginot et qui remontent à l’époque de Séré de Rivières. Nous terminons notre descente toujours entourés de la belle végétation et du temps idyllique. Merci pour ce voyage hors du temps !