Les prochaines randos…

Mis en avant

Cliquez sur la randonnée qui vous intéresse pour avoir tous les détails de la sortie : description, rdv, etc…

Pas de sorties prévues pour l'instant.

28 Septembre 2014 : les Gorges de Saucha Nègra

Chateauneuf d’Entraunes n’est pas la porte à coté, mais quel enchantement!

La rando commence par une petite descente dans les sous-bois entrecoupée de quelques marnes noires. Nous atteignons rapidement le moulin de la Barlatte restauré et la montée commence sur  de bons chemins heureusement ombragés en cette belle journée.

La première partie nous emmène au béal, un astucieux canal à ciel ouvert qui alimentait en eau le village et qui était capté juste à la sortie des gorges grâce à un barrage en rondins de bois.

Après un bon repas nous repartons lestement pour la deuxième partie de la montée qui nous emmène sur le GR52A. La descente tient ses promesses: trois traversées de marnes noires qui laisseront des souvenirs à certain(e)s.

Mais le village est dèjà là, le Carré du Mercantour et son serveur nous font un accueil plus que chaleureux.

Une bien belle journée se termine dans le Val d’Entraunes…

Pierre.

27 Septembre 2014 : le Tour du Mont Férant

Le hameau de Roya n’est pas dans la vallée du même nom, mais entre Isola et Saint Etienne de Tinée. On y trouve un beau village et des maisons traditionnelles bien restaurées, ainsi que de nombreuses estives. On est loin de tout, au bout d’une route tortueuse et étroite, et pourtant juste derrière Las Donnas et ses remontées mécaniques.

Grâce au grand confort du mini-bus et à ma conduite chaloupée, le groupe prend prestement la direction du col de Crous, le point le plus bas dans cette grande barre qui va du Mont Rougnous au Mounier, la ligne de partage des eaux entre Tinée et Var.

Le chemin quitte les lavandes pour serpenter entre les paturages dénudés, les marmottes nous sifflent et les vautours fauves nous tournent autour. C’est l’été indien dans le Sud, il fait grand beau – chose rare cet été – et chaud.

Dans l’élan nous dépassons le col et rejoignons la crête du Mont Férand. Bonne idée, les bouquetins se prélassent sur les pentes sous nos pieds, indifférents. La vue est immense, jusqu’à Gréolières les Neiges.

Ne pas négliger la longue descente vers le vallon de Sallevieille, sous le Mounier, un beau sentier en balcon puis un bon chemin qui basse entre les barres et la cascade de Roya.

Bravo au petit groupe pour cette belle rando et les presque 1000 mètres de dénivellé.

 

 

21 Septembre 2014 : les Crêtes de la Vallette de Prals

Récit de Mika :

Après un départ dans les starting-blocks à 8h35 du point de rendez-vous de Castagnier, nous débutons notre randonnée à 10h.

Ce matin l’air est frais et un peu humide suite aux grosses pluies de la veille. L’automne pointe le bout de son nez, mais une dizaine de minutes après notre départ la première montée nous fait nous découvrir le soleil qui commence a réchauffer l’atmosphère.

La montée dans une forêt de mélèzes et d’épicéas par un magnifique sentier bordé par les rhododendrons et des myrtilles bien mures, nous permet d’atteindre la Baisse de Férisson (2254m), toujours sous le regard et la protection du gardien des lieux, le Gélas, plus haut sommet du département avec ses 3143m, qui ne nous quittera plus de la journée.

Le panorama vu de notre premier col est époustouflant et fait oublier les quelques 400m de dénivelé avalés.

Une petite pause bien méritée permet de reprendre des forces en admirant la mer (et oui c’était vue mer aujourd’hui ), tout en ayant le plus haut sommet et les névés dans le dos.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin, et oui messieurs dames, il nous reste du boulot, encore 250m pour atteindre LE sommet.

C’est par une magnifique sente que nous cheminons en balcons tantôt versant nord, tantôt versant sud, tantôt sur la crête (ancienne frontière entre la France et l’Italie). Nous passerons, sans même s’en rendre compte tant le panorama est beau: la Tête de Cinant, la Tête de la Lave, la Cime de Pertus et enfin le graal de la journée : LA Cime de la Valette de Prals.

S’offre à nous une vue à 360° sur des sommets emblématiques: Gélas, Clapier, Argentera, Mercantour, Bego, Cime du Diable, Grand Capelet, massif de l’Aution, mont Agel, …

Il fait tout de même faim, la montagne ça creuse, nous nous installons donc sur une superbe terrasse à l’abri du vent en contrebas du sommet pour casser la croûte. Le soleil nous réchauffe et les nuages s’estompent .

Je me transforme donc en garçon de café et revêt mon plus beau tablier, pour proposer un moment café, lait, thé vert à la menthe, thé fruits rouges, thé, chocolat, spéculos, (sucre ou sucrette mesdames ??? )

Nous avons même pu nous payer le luxe d’une petite sieste dans l’herbe au soleil, avant d’attaquer notre descente.

Un petit détour pour admirer les 5 beaux Lacs de Prals nous permet d’observer une petite harde de chamois femelles avec les jeunes de l’année et d’entendre le sifflement caractéristique des gardiennes des lieux : les marmottes, que nous verrons plus tard dans la descente au niveau du plan de Prals.

Enfin il est temps d’enlever les godillots !!!

Une journée parfaite, un cadre parfait, un temps presque parfait.

Tout le monde a même pu repartir avec son bout de fromage de la Madonne de Fenestre.

Comme prévu les sourires étaient au rendez-vous !!!!!!!!

Merci à TOUS.

A ++ avec ALTI +

Mika.

14 Septembre 2014 : les Lacs Morgons

Pour arriver à notre point de départ, nous roulons jusqu’à St Etienne de Tinée puis nous continuons sur la route du Col de la Bonette (route la plus haute de France) et nous arrivons au parking du camp des Fourches. Nous sommes 14 randonneurs avec Pierre notre super guide et notre belle rando va commencer.
Mais tout d’abord un peu d’histoire. Il y a quelques maisons en ruines qui témoignent d’un passé militaire, et Pierre nous raconte que ce camp était utilisé comme emplacement de bivouac dès les années 1890. Ce camp composé de chalets servait de logements pour les soldats et était en autarcie. Un téléphérique fut construit et reliait le hameau du Pra pour permettre d’assurer le ravitaillement.
Nous partons direction le col des Fourches où nous voyons des blockhaus autour de nous. Et du col (2261m), nous surplombons le vallon Salso Moreno et là en dessous de nos pieds, s’étend une vaste vallée de roubines noires, mêlées de pâturages verts et avec le ciel bleu et un soleil éclatant, waouh on est devant un paysage de carte postale.

Chose rare dans une rando, nous commençons par une belle descente puis nous arrivons sur un long replat verdoyant qui est le terrain de jeu des marmottes. Et là les choses sérieuses commencent avec une montée assez raide mais au sommet, un des lacs Morgon s’étend sous nos pieds avec des rives herbeuses, des montagnes de roubines noires, le soleil… on ne pouvait pas rêver plus bel endroit pour une pause déjeuner! Après un bon petit moment de partages de douceurs salées et sucrées,
nous repartons le ventre bien plein à la découverte des autres lacs.

Et nous cheminons tout en montant pour arriver à un autre lac, puis encore un autre qui est le Médian (2470m) et qui est sans doute le plus beau. Une eau d’un bleu profond dans laquelle se reflète le contraste des couleurs des roubines noires, de la verdure… magnifique, époustouflant, on pourrait rester des heures à contempler ce paysage!!!!

Pierre nous explique que les roubines noires sont provoquées par de l’eau qui coule des montagnes de schistes, qui doublent de volume et se transforment en coulées de boues noires, arrivant dans la vallée, creusant des sillons noirs. Et c’est justement de là que vient le nom de Salso Moreno qui veut dire la «sauce brune» en dérivé espagnol car des troupes espagnoles sont passées par la route de la Bonette.

Nous sommes entourés de prestigieux sommets comme le mont Aïga, le Rocher des Trois Évêques ou bien encore la Tête de l’Enchastraye. Nous redescendons dans ce beau vallon contrasté de mille couleurs pour arriver à notre descente de début de randonnée, qu’il a fallut remonter… aie nos mollets l’ont bien senti ! Retour triste au parking car notre belle escapade de carte postale est finie.

Merci Pierre pour ce dépaysement ressourçant !

et encore merci à Chantal pour son récit et ses magnifiques photos ainsi qu’à tout le groupe pour la farandole de desserts et autres mets délicieux. Respect à Betty qui s’est baignée dans le lac.