Les prochaines randos…

Mis en avant

Vous souhaitez rejoindre le club de randonnée Altiplus? Retrouvez ici toutes les informations pour adhérer et s’inscrire aux randonnées. Et si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à nous contacter!

Téléchargez le programme du trimestre ou cliquez ci-dessous sur l’annonce de la randonnée qui vous intéresse pour avoir tous les détails de la sortie : description, rdv, etc…
Vous pouvez aussi vous inscrire à notre liste de diffusion pour recevoir chaque semaine par mail les informations détaillées des randonnées du week-end suivant.

19 juin 2016 : la Tête de Pierrous

Malgré les conditions météo défavorables (et ce dès 11h du matin) prévues pour cette journée, 11 volontaires randonneurs avaient répondu présents. Ils furent récompensés car le soleil (à la lutte avec des cumulus) nous a accompagné toute la matinée. Le rythme imposé était soutenu car il fallait être sûr d’être en mode descente quand la pluie arriverait (si elle arrivait….). Cela nous quand même laissé le temps de voir apparaître, dans une trouée du bois de mélèzes, un cerf magnifique; de suivre à la jumelle deux chamois qui nous ont précédé sur le sentier des crêtes du Countent; de profiter pleinement des panoramas bien différents et de l’explosion de la flore (nombreux orchis). Que l’on regarde vers le sud (vallée du Cians et plateau de Beuil- Valberg) ou bien vers le Nord (massif du Mounier et plateau de Longon), la vue est splendide!

A la descente depuis le col des moulines, nous avons longé le cours du Cians qui prends sa source ici, des marmottes sont apparues alors que le soleil lui disparaissait pour de bon. Une fine pluie nous a obligé à sortir les K-ways et ne plus les quitter pour remonter vers le col de la Couillole par le sentier surplombant la route. Tant et si bien que la décision fut prise d’écourter la randonnée de 30 minutes afin de rejoindre la route. De là, un coup d’auto stop a permis à tout ce petit monde de rejoindre les voitures assez rapidement.

Tout le monde fut ravis de cette escapade sur les crêtes. Sans compter que le thème du pastoralisme fut illustré lors du trajet en voiture dans les gorges du Cians où nous avons du dépasser un troupeau de brebis sur les route de la transhumance.

Nous avons rencontré les 4 saisons dans la journée, pour revoir le soleil s’installer de nouveau de façon durable à la sortie du bar de Beuil. Une balade « oxygénante » et très diversifiée pour le plus grand plaisir de tous.

22 mai 2016 : la Cime de la Cacia

On se serait cru à un rassemblement de randonneur en arrivant ce matin là au petit village de Sigale au cœur de la vallée de l’Estéron. Deux bus entiers se sont déversés sous nos yeux et, par petits groupes, ont commencé à emprunter le chemin que nous avions prévu de suivre également. La décision d’aller prendre un café en attendant que le gros de la troupe soit passé fit l’unanimité… 10 minutes plus tard, le calme revenu, nous nous attaquions à la montée vers cette cime calcaire dans la continuité du mont Vial sur la rive Nord de la rivière Estéron, s’écoulant 100 mètres plus bas dans la vallon.

La montée s’effectua côté sud, sec et pierreux. Peuplé d’espèces aromatiques adorant ces sols caillouteux. Passé côté Nord après le col, l’Ubac se révéla beaucoup plus humide avec même quelques érables, sapins et épicéas.

C’est seulement vers 14h que la pause pique-nique fut décidée le temps de redescendre jusqu’à l’affluent de l’Estéron nommé Riolan, bien connu des canyonistes locaux et internationaux. En bas mais au frais, avec une très belle vue sur cette clue vertigineuse.

Retour vers le village en pente douce. Petite perdition finale dans les anciens vergers à quelques dizaines de mètre du parking à l’entrée du village et nous voilà autour d’un verre sur cette jolie placette de village ou très peu de voiture passe sur la route un dimanche au fin fond de l’Estéron.

Une belle randonnée de printemps qui nous a rappelé que les chaleurs peuvent arriver très vite et qu’il faut profiter du moyen pays avant qu’il n’y fasse trop chaud!….

16 mai 2016 : les hameaux de Mihubi

Une fois n’est pas coutume, une rando sportive était programmée ce lundi de Pentecôte « à moitié » férié. Pour marqué l’occasion, nous sommes allé user nos chaussures sur les pélites rouges de la vallée de la Roudoule, sur l’un des plus beaux itinéraires de la région. Des paysages exceptionnels et des formations géologiques improbables nous en en ont mis plein les yeux toute la journée! C’est une vaste palette de couleurs qui a illuminé nos pas : le rouge ocre des pélites évidemment, toute les nuances de verts des feuillages, le bleu azur du ciel par moment obscurci par de sombres nuages, le blanc des sommets enneigés, le gris des marnes… complétés par les jaunes, violets, rouges, … d’une multitude de fleurs! Magnifique tableau, n’est-ce pas? Mais un tableau qui se mérite: il a quand même fallu parcourir plus de 17km et 850m de dénivelé pour rejoindre la Croix-Sur-Roudoule avant de pouvoir profiter d’une bière bien méritée!

15 mai 2016 : la Cascade de Vescagne et le Plan des Noves

Ce dimanche nous sommes partis à la recherche de la Cascade de Vescagne, un lieu secret caché derrière le Col de Vence. Contrastant avec le paysage minéral du Col, nous nous descendons dans une forêt humide. Alors que nous atteignons le fond de la vallée, nous passons devant les restes d’une ancienne mine de lignite, exploitée jusqu’en 1953.

Quelques pas plus loin, nous jouons les équilibristes pour traversée la Cagnes sur un ancien rail de la mine reconverti en pont de fortune. Grâce à notre grande maîtrise technique et la poigne sécurisante de Denis et Thomas, personne n’a mis ne serait-ce que le bout d’une chaussure dans l’eau! A moins que ce soit la chance?

Cet obstacle franchi, nous nous enfonçons dans une véritable jungle : lianes, fougères, marécages, reptiles… Tout y est! Au bout du chemin, le spectacle de la superbe cascade s’offre à nous, enfoncée dans son cirque végétal, éclairée par les rayons du soleil se frayant un passage entre les branches. Il nous faut ensuite revenir sur nos pas pour enfin retrouver des sentiers plus civilisés.

Après un déjeuner sous la crainte d’une averse inopportune, crainte finalement infondée le soleil nous faisant l’immense plaisir de vite revenir, nous retraversons la Cagnes par un pont bien plus pratique que le rail du matin.

Une courte, mais intense, montée nous permet de prendre pied sur le Plan des Noves ou nous découvrons de multiples traces d’anciennes occupations humaines, les plus anciennes datant de l’Âge du Bronze. Nous observons en particulier un tumulus d’une vingtaine de mètres de diamètre ayant fait l’objet de fouilles archéologiques fructueuses.