4 février 2012 : La conquête de l’Authion…

Dans la section « Sport » d’Alti+, on fait du sport. Ceci étant dit, on a tout dit et l’on a rien dit. Une tautologie, en effet, n’est rien de plus qu’une tautologie. Et l’on pourrait en dire tout autant d’un truisme. Mais ce que l’on ne dit pas, en disant ce que l’on vient de dire, c’est que dans la section « Sport » d’Alti+ on ne fait pas que du sport. On fait aussi de la philosophie. A nos heures. Celles, de préférence, où, suant comme de beaux diables avec nos raquettes aux pieds et face à ces pentes gargantuesques (que l’on avale goulûment) qui ne sauraient effrayer nos estomacs insatiables, il faut bien que nous trouvions un peu à nous occuper l’esprit. Parce que Corpore sano, c’est une chose mais il ne faut pas croire que Mens sana se contentera d’être, chez Alti+, un objectif relégué à l’état de « moindre des fins ».

Mais soyons plus précis :

Imaginons que vous fassiez en notre compagnie (sous la direction de Jean plus précisément parce que sinon ça ne marche pas), une randonnée raquettes un peu ardue dans les parages immaculés des forts de l’Authion. Soudain, vous recevez sur le pif un truc blanc, impondérable voire diaphane, dont vous constateriez bientôt qu’il ressemble fort à une étoile à six branches si vous aviez le temps de vous pencher sur la question et qui se met à fondre sitôt la rencontre avec votre épiderme irrémédiablement advenue. Le bon sens vous incitera sans doute à déclarer à la cantonade : Tiens, il neige !

Eh bien non. Ce serait trop simple. Jean ne laissera pas s’échapper une si belle occasion de disserter sur l’exacte nature du monde. L’explication ne le satisfait pas et il aura bientôt fait de vous convaincre de l’impérieuse nécessité de regarder les chose de plus près. Regarder quoi, me direz-vous ? Une goutte d’eau vous coulant sur le nez ? Oh là ! Point de sarcasmes… La philosophie s’accommode mal de ces sortes de déni. Avez-vous seulement songé qu’une autre explication est possible ? Le vent, par exemple, a quelque effet sur la matière dont il convient de ne pas mésestimer les possibles quoique inattendues conséquences. Si l’eau, rendue solide par l’action d’une température ayant la fâcheuse tendance à se promener en dessous de zéro, peut être considérée comme de la matière, il y a là, vous en conviendrez, matière à réexaminer la question.

Quelle question ?

La question ? Voyons… Quelle était la question ? Oh et puis crotte alors ! On s’en fout d’la question. On est là pour faire du sport, crénom d’bon sang d’bonsoir, par pour s’donner mal à la tête !

C’est vrai quoi.