10 Novembre 2013 : Le Mouton d’Anou version « loisir »

Cette randonnée qui s’annonçait plutôt paisible nous a surprise et a été originale tout au long de la journée!

Nous débutons l’itinéraire avec un magnifique arc en ciel qui fera des apparitions tout au long de la journée.

De la Colle du Menon, nous avons une vue plongeante sur  la mer, la baie des anges, le cap d’Antibes,  les îles de Lérins, la baie de Cannes et un petit bout de l’Esterel, la pause se fait courte car le vent est déjà violent. Vent que l’on apprécie pour l’instant car il chasse les nuages.

Nous repartons en direction du Sommet « le mouton d’Anou », la montée est agréable, tout le monde  discute. Nous entendons une sorte de musique au loin, le vent qui chante dans les pylônes ou des sons extraterrestres ?

Nous arrivons au sommet sans trop de peine et sans se soucier que le plus dur allait arriver dans 5 minutes. Nous profitons de la vue en grignotant une collation, un arc en ciel surgit  juste derrière nous et  j’en profite pour faire une belle photo du groupe avant de repartir. Trois secondes plus tard, une vague nuageuse arrive sur nous avec un terrible vent!

Nous partons vite avant que le ciel nous tombe sur la tête, on tient  à peine debout à cause de cette tempête, une pluie fine vient nous fouetter le visage, les arbres sont secoués, heureusement ils sont bien vivants et ancrés au sol, les conditions ressemblent à un temps de haute montagne alors que nous nous trouvons tout juste à 1078m. Ce n’est que le début de nos surprises. Une fois la piste en contrebas rejointe,  le vent est supportable et nous nous remettons de nos émotions.

Chapeau aux groupes pour son sang-froid et son entraide durant cette tempête.

Nous continuons à descendre pour trouver un endroit abrité pour casser la croute, la musique entendue plus tôt se fait alors de plus en plus forte  jusqu’ à ce que l’on découvre son origine. Ce n’est ni le vent, ni les dieux ni les extraterrestres qui chantent, mais 2 grosses enceintes amenées par quelques personnes faisant un barbecue. Nous sortons alors nos tenues de soirées du fond du sac de rando et allons danser quelques slows avant d’aller manger.

Nous trouvons un endroit abrité pour la pause casse-croûte mais les températures sont fraîches et nous ne faisons pas la sieste cette fois ci…

Le retour est venteux même en contrebas, au moins  nous aurons pris un bon bol d’air pur et la  tête aura été  bien aérée pour ré-attaquer la semaine en forme. Les rafales de vent à 100 km/h, ça décoiffe!

Merci à chacun pour sa bonne humeur qui a permis a tout le monde de passer une bonne journée malgré ces conditions difficiles.

Voici quelques photos ci-dessous ainsi que la fameuse photo que j’ai prise avant la grosse  tempête.

Au plaisir de vous revoir.