10 Novembre 2013 : Le Mouton d’Anou version « sport »

Nous avions annoncé « Un parcours original nous conduira au sommet du Mouton d’Anou », mais nous n’avions pas imaginé que l’originalité viendrait du ciel! Déjà au RDV de Vence, le soleil levant projette ses rayons d’or sur les collines qu’il surligne d’un magnifique arc en ciel!
Au départ, le ciel est gris et nous espérons que le vent déjà fort va souffler ces nuages et que le soleil sera au RDV comme prévu. En effet assez rapidement le ciel bleu fait son apparition, ouf!
Le cheminement à flanc du vallon de la Cagnes est très agréable, d’autant plus que nous sommes abrités du vent que nous devinons bien fort sur les crêtes, vent que nous devrons bien affronter tôt ou tard…
Nous marchons tellement bien que nous nous permettons un détour par le Castelet de Saint Jeannet. Ce promontoire où règne les vestiges d’une ancienne ferme fortifiée nous offre un premier panoramique époustouflant sur la Méditerranée.
Nous attaquons ensuite la douce, mais longue, ascension vers le sommet sous des rafales de plus en plus violentes à mesure que nous prenons de l’altitude. Mais alors que nous profitons d’une pause bien méritée, un événement inimaginable se produit… Il pleut!! Pas un petit crachin, non, une vraie pluie!! Mais pourquoi est-ce si surprenant me demanderez vous? Simplement qu’à ce moment précis le soleil brille de tous ses feux dans un ciel azur parfaitement exempt du moindre nuage!! Toutes les hypothèses sont suggérées pour tenter d’expliquer ce phénomène étonnant, même l’avion de ligne qui nous survol à ce moment est suspecté! Mystère…
Un peu plus haut nous découvrons une prairie accueillante et abritée du vent : cela tombe bien, il est juste midi, l’heure de la pause casse croûte. Bien rassasié, une sieste s’impose dans cet endroit paisible. Paisible vous dites? Oui, jusqu’à ce que les sonnailles d’un troupeau de chèvres et moutons nous réveillent brusquement, comme pour nous rappeler que nous ne sommes toujours pas au sommet et qu’il faut reprendre notre randonnée.
Le sommet est atteint sans effort si ce n’est la lutte contre les rafales, certaines nous déséquilibrant! J’apprendrais le soir que des rafales à plus de 100km/h ont été enregistrées dans le département ce dimanche! On comprend mieux le mal que nous avions à avancer contre le vent.
Du sommet et jusqu’au retour à la voiture nous profitons d’un panorama à 360°, la Méditerranée scintillante à nos pieds, les sommets enneigés de l’ouest du Mercantour, la chaîne frontalière et ses 3000m désertiques, etc… Inoubliable!

Mais trêve de blabla, place aux images!

Et une petite vidéo de Sophie permettant d’avoir un aperçu des conditions tempétueuses au sommet!