26 janvier 2014 : raquettes à neige découverte et initiation

Texte: Chantal
Photos: Chantal, Florence, Évelyne

Dimanche 27 janvier,  nous étions une bonne vingtaine à nous retrouver pour faire une rando raquette à neige bien motivés. Grâce à nos guides qui prennent soin de nous, la rando de départ qui était prévue à Grasse a été abandonnée faute de quantité de neige et nous voilà donc partis vers les montagnes enneigées de Valberg.

Philippe et Justin se sont répartis chacun un groupe pour que ce soit plus facile pour avancer.
Un superbe temps avec un extra ciel bleu et un soleil éclatant, ont été des conditions idéales pour profiter du blanc manteau neigeux.
Nous apercevons des traces sur la neige, tout le monde pense que c’est un lapin mais non notre guide Philippe nous dit que c’est un lièvre.
Chose rare, nous commençons par une descente qui se termine par une petite pente où les chutes s’enchainent malgré les bons conseils de Philippe « mettez d’abord le talon de la raquette ».
Il y a quand même des rafales de vent qui par moment nous déstabilisent bien et soulèvent la neige, comme en haut du sommet du mont Mounier qui lui donnent un halo surprenant.
Nous commençons notre montée où nos jambes nous rappellent que monter en raquettes demandent plus d’effort qu’à pieds !! Les mélèzes sont là pour nous apporter un peu de verdure à ce manteau neigeux et grâce à eux nous avons une petite pause d’histoire bien méritée ! Les mélèzes sont utilisés pour les bardeaux des maisons car ils sont imputrescibles et durent plus longtemps (au moins 150 ans) que des tuiles !
Puis  s’en est finit de la montée et ça tombe bien car l’heure de manger est arrivée, nous nous arrêtons au lac de Beuil qui est tout glacé. Nous ne nous attardons pas trop car on se refroidit vite.
Nous repartons sur un chemin qui reste à niveau donc plus de montée (ouf) ! Un paysage grandiose s’étend sur notre gauche avec  le ciel bleu roi,  le soleil éclatant, la poudreuse immaculée et la forêt de mélèzes.
Nous arrivons aux portes du parc du Mercantour où un abri est disponible pour les randonneurs.
Puis nous repartons sur la dernière portion du chemin où nous rejoignons la route prise le matin, beaucoup continuent à pieds, d’autres rechaussent leur raquettes pour refaire une dernière trace dans la neige.
Magnifique rando bien dépaysante, merci les guides !