18 septembre 2016 : la Cime du Diable

Les prévisions météo s’étant améliorées nous maintenons la sortie de ce Dimanche avec 7 personnes motivées pour cette balade pas banale.

Après un accès routier « tournant » nous démarrons cette randonnée  à  9h 30 sous un ciel bleu mais une Lombarde se déchaîne sur la chaîne frontalière. Nous nous trouvons sur l’ancienne ligne frontalière avec le Royaume d’Italie de 1860-1945. Auparavant ce lieu a été le témoin des confrontations entre la France et le Duché Savoie à plusieurs reprises au cours des siècles. C’est aussi l’endroit où se déroule un des derniers combats de la guerre 39-45. Laissons de côté les sombres pages de l’histoire…

Nous sommes à 2000 m mais le départ démarre par une descente de 200m environs, cela promet pour le retour!  Une fois à 1800m nous pouvons entamer enfin notre ascension, premier objectif : le Sommet du Capelet Supérieur. Nous optons pour cette option en se disant que quoi qu’il en soit, nous pourrons faire au moins un sommet avant que la météo ne se dégrade. L’ascension c’est le long de la crête, cela nous permet d’avoir une vue dégagée de tous les cotées et une jolie vue sur le cheminement que nous avons emprunté depuis la Redoute. Nous atteignons le sommet du Capelet Supérieur vers 12h 30 sous le soleil. Juste un petit grignotage et nous faisons le dernier petit effort pour atteindre la Cime du Diable. Les hauts sommets Gelas, Maladie, Clapier sont malheureusement dans les nuages, et nous devinons seulement la neige qui est tombée la veille. Par contre il y a une belle lumière sur les Lacs de la vallée des Merveilles et de la Gordolasque, encore sous le Soleil, mais celui-ci ne tardera pas à se cacher définitivement, le temps que nous déjeunions. La température va aussi chuter mais la bonne humeur est toujours là!

Nous ne tardons pas car la « descente » est longue, surtout que cette « descente » comprend deux remontées !!! Les chamois sont partout tout au long du retour, comme les nuages aussi… Le plafond est bien descendu et cette fois ci la Redoute joue à cache-cache. Nous sommes quelquefois dans le brouillard complet. Les 200 derniers mètres de montée de la fin ont été « très apprécié » 😉 Après ce dernier effort, nous arrivons à la voiture vers 18h 30. Nous avons juste le temps d’entrer dans les voitures  avant que le ciel ne déverse ses larmes. Au total, nous avons cumulé 1250m de dénivelé positif, 18km de distance et nous avons passé une journée excellente et inespérée en montagne.