20 novembre 2016 : le Mont Vial

Chez Altiplus, nous aimons bien jouer et… gagner! Une nouvelle fois les prévisions météo n’étaient pas fantastiques pour ce dimanche, s’améliorant doucement de jour en jour : la pluie n’étant finalement annoncée qu’en fin d’après midi après une journée plutôt nuageuse. Personne n’a renoncé et personne ne le regrette!

Nous attaquons l’ascension du Mont Vial par sa face sud. Le sentier s’enroule autour de ses flancs abruptes, offrant des panoramas saisissant sur toute la région : Sud, Est, Nord; la côte, l’arrière pays Nicois, la vallée du Var et les profondes gorges de la Mescla et enfin le Mercantour enneigé dont les sommets disparaissent malheureusement déjà dans le plafond nuageux. Une montée assez régulière, pimentée par quelques passages un peu vertigineux et quelques épingles ou la pente se redresse! Rien qui ne puisse vraiment ralentir notre bon rythme.

La Balme du Vial nous permet une pause troglodyte, dans une douceur inattendue. Cette grande grotte aurait pu être un bel abri, finalement inutile, le soleil perçant même les nuages de temps en temps.

Le sommet nous offre, comme promis, une vue exceptionnelle à 360° sur toute la région. La vallée de l’Estéron, son relief découpé et abrupte, ses forêt rougeoyantes et ses villages perchés est éclairée par de magnifiques rayons solaires : des images et des couleurs incroyables. Plus loin, la côte méditerranéenne n’est pas en reste : de l’Esterel à Nice, en passant par le Cap d’Antibes, des spots de soleil illuminent la surface de la mer. Des lumières et des images magnifiques que nous n’aurions jamais eu l’occasion d’admirer par grand beau temps!

Mais les nuages n’ont pas que des avantages : le soleil n’aurait pas été de trop pour réchauffer notre « salle à manger ». Le pique-nique est donc avalé prestement, pressés que nous sommes par le froid qui nous engourdi les doigtes et quelques gouttes qui s’invitent.

La descente commence par la longue crête Ouest, nous permettant de prolonger le plaisir de ces vues dominantes. Tout en restant bien concentré sur notre marche, rendue difficile par des rochers humides qui ont provoqué quelques glissades plus ou moins contrôlées mais heureusement sans conséquence.

Après la crête, nous continuons à perdre de l’altitude par une grande traversée du flanc Sud en direction de Tourette du Château. Nous voyons des averses approcher, nous frôler, mais sans jamais nous toucher! Et même si nous avons sorti (puis rentré) plusieurs fois nos vestes de pluie par précaution et crainte de ce que nous voyions venir, nous pouvons dire que nous avons finalement échappé à la pluie.

Cette randonnée fut donc, une nouvelle fois, une victoire sur les prévisions pessimistes. Une belle randonnée illuminée par de beaux rayons de soleil qui s’est terminée autour d’une boisson chaude ou d’une bière dans le charmant village de Gilette.

Merci à Marie-Lyse, Sylvie et Jean-Jacques pour leurs photos.