12 mars 2017 : La Cime des Collettes

Ce Dimanche,  nous sommes 16 à prendre la route sinueuse qui nous mène dans l’arrière pays niçois au petit village de Toudon. Tout semble si silencieux ici, même pas un chat dans les rues, on peut dire que les habitants sont au calme! La première partie de notre randonnée permet d’avoir une vue dégagée, à l’est le Mont Vial et au sud, les montagnes de Gréolières les Neiges, où il n’y a d’ailleurs presque plus de neige!  Le chemin est bordé de genêts, mais pas encore fleuris. Nous faisons une petite pause près des ruines du village, aujourd’hui abandonné. Les murs sont encore en bon état. L’agriculture semble n’avoir été abandonnée que « récemment ». Peu après cette halte sur le plateau de Sebairons, nous longeons une falaise de calcaire dans un chaos de blocs. Deux grosses tours de calcaire semblent être des tours de guet. Le passage demande un peu de vigilance.

Arrivés au Col, le Mont Mounier nous fait un clin d’œil. Nous progressons à travers une forêt de pins tapissée de mousse et qui porte encore les traces des dégâts des hivers 2008 et 2009 (ces années là, un grand nombre d’arbres ont cassé sous le poids de la neige, ce qui ne risque pas d’arriver cette année! ). A l’approche du sommet, la chaîne du Mercantour et le Vallée de Var se dévoilent progressivement.

Enfin, nous arrivons au lieu de notre pique-nique juste sous le sommet. Le soleil est au RDV. Le retour s’effectuera tantôt à travers la forêt, tantôt sur un terrain calcaire bien caillouteux.

Nous faisons quelques haltes avant d’arriver au village. Nous avons d’ailleurs eu le privilège d’écouter un compagnon déclamer quelques vers de poésie!

Voilà un dimanche de plus passé en compagnie de gens joyeux et au cœur d’une nature toujours généreuse. Merci à vous et à très bientôt.