9 juillet 2017 – Les terres rouges de gordolasque

Malgré une fine pluie sur Nice à 7h00 du matin qui a découragé certains, nous étions nombreux à vouloir nous aérer en montagne. Le temps couvert n’assurait pas un temps radieux mais au moins nous n’avons pas eu chaud. Certains ont même eu froid assis au déjeuner sous le vent frais. Ils on donc pu raconter cela au travail le lundi, ce qui a du faire beaucoup d’envieux par ces temps caniculaires.

La montée a fait quelques dégâts dans les jambes de nos randonneurs. En effet, malgré de nombreuses pauses, les quelques passages assez raides à la montée ont fait s’étirer le groupe. Observations de quelques fleurs caractéristiques de nos montagnes. Arrivé sur les crêtes, observations et explications sur ces roches rouge de « pélites », ces roches sédimentaires de grès très fins formées au permien (-300 Millions d’années) qui ne sont observables que dans notre beau département.

Le sommet du capelet inférieur en vue, nous progressons. Le but est de monter de la sorte jusqu’à ce que s’ouvre à notre gauche le cirque alpin de la gordolasque ouvrant de la cime paranova jusqu’au ont du grand capelet en passant par le Clapier et la Malédie. Pour arriver là, nous avons du « abandonner » 2 petits groupe dans la montée qui nous ont sagement attendus pour le pique nique.

Redescente sous la menace de la pluie (on enfile et enlève les K way toutes les 30 mn…). finalement : rien. Une bière brassée à l’hôtel du grand Capelet dans la main, en discutant Népal avec Bouda, le guide Népalais d’Argos, voilà comment s’est terminé cette journée réjouissante