Rediffusion Spéciale : 30 octobre 2016 – les Terres Grises de Berre-les-Alpes

Aujourd’hui, 13 personnes sont là pour découvrir cette boucle qui démarre dans les ruelles de Berre-Les-Alpes. Surplombant la vallée de Contes, le village est perché à 682 m d’altitude et outre ses ruelles médiévales, ses petites fontaines et ses passages voûtés, il offre un magnifique point de vue sur les environs. La place domine deux vallées : celle de Contes d’un côté et celle de l’Escarène de l’autre.

La journée sera coupée en deux car nous allons progresser dans deux cadres complètement différents : un plus sec dans la matinée et un plus ombragé l’après-midi.

Toute la matinée nous avançons dans un terrain marneux très friable.  Nous descendons dans des roubines marno-calcaires. C’est la partie la plus délicate du circuit, quelques rares mains courantes en fer nous viennent en aide. Mais tout le monde passe sans difficulté. Dans la partie « toboggan »  que l’on pourrait même appeler « half pipe » c’est même rigolo ! Les « marnes » sont un mélange d’argile et de calcaire. En descendant, les ravins voisins présentent de drôles de figures ; des veines de calcaire se sont « incrustées » dans la masse de marne. Avec l’humidité du matin on aurait dit des peintures d’art moderne.

Une fois ces obstacles passés nous continuons à descendre jusqu’au hameau de Pighièra. « Mais quand est ce qu’on monte ? » 500 m de dénivelée annoncés, mais jusque-là nous n’avons fait que descendre ! Pas de panique, à partir d’ici nous montons, descendons, remontons et ainsi de suite. Dans une forêt de pins, de pistachiers et d’arbousiers pour le bonheur de certain. Nous déjeunons à la Baisse de la Croix à 12h30 comme prévu, même si à l’ancienne heure c’est déjà 13h30. J’ai ainsi contribué à une adaptation plus rapide à la nouvelle heure d’hiver..

Après une bonne heure de repos, nous entamons le retour dans un décor complètement diffèrent. Le sol change et devient du Grès (roche issus de la cimentation de grains de sable), les pins sont remplacés par les châtaigniers. Nous parcourons cette forêt avant de rejoindre la piste que nous allons suivre durant 3 lacets, certain vont même faire du « jogging » car ils trouvent peut-être qu’il n’y a pas eu assez de dénivelée 🙂 .

Nous quittons de nouveau la piste (mais pas avant d’avoir croisé une Magnifique Couleuvre de Montpellier) pour rejoindre le village par un sentier qui n’arrête pas de « monter-descendre, monter-descendre » et nous allons conclure le circuit sur la place du village autour d’un verre.

Une nouvelle journée ensoleillée, et un groupe super sympa. Merci à Jean Jacques pour les photos.