Rediffusion Spéciale – Samedi 30 juin 2018 – Haut var Cime de l’Aspre

En ce beau dimanche (une de ces rares journée de cette belle saison 2018 où l’on est quasiment sûr qu’il ne va pas pleuvoir), il fallait être là pour profiter de 2 accompagnateurs le professionnel et le stagiaire, le brun et le blond. Tant de compétences mobilisées pour seulement 6 courageux randonneurs et randonneuses qui avait décidé de passer cette première journée de grande chaleur à plus de 2000 mètres d’altitude.

Il y eu d’abord un peu de retard dans le calage des RDV aux différents parkings; puis ce fût la piste pour rejoindre le hameau des Tourres depuis Chateauneuf d’entreaunes. Une de ces pistes telles celles de Longon, longue de 7km et traversant parfois des ravines de marnes noires ou il convient de ne pas se trouver lors de grandes pluies. On est surpris de s’apercevoir à l’arrivée que le hameau est alimentée en électricité et téléphone! Au final on commence à marcher à 10 heures du matin… (un peu tard jeune homme).

Mis à par le fait que chacun ait pu rentrer chez soi que vers 20h, cette magnifique journée n’en a pas été affectée. Marmottes, chamois, prairies alpine saturée de rhinanthes et de scabieuses. La magnifique et mystérieuse silhouette de la cime de Pal en arrière plan permanent. Le final de l’ascension de la cime de l’Aspre très alpin mais toute la petite troupe derrière moi s’est avérée être en très bonne condition physique. Ainsi le retour a été fait en improvisant une boucle hors sentier où il fallait de solides chevilles et un pied sûr par endroit.

Raphael (le stagiaire) et serge sont rentrés chez eux avec de quoi faire une grosse poêlée de rosée des près. L’ensemble du groupe est rentré en se disant qu’il avait oublié à quel point cela permettait de s’aérer la tête de passer la journée au dessus de 2000. Et qu’il reviendront vite.

Rediffusion Spéciale : 11 Octobre 2015 : Joëlettes dans les Gorges du Daluis

C’est avec relativement d’ignorance sur la conduite d’une joëlette que j’avais accepté de m’associer à cette sortie. Ça devais pas être bien compliqué. Puis ça se conduit à 6 ça non? Guillaume était là aussi comme accompagnateur supplémentaire. Le nombre d’adhérents Altiplus présents était important. De même du côté de nos amis de « Osons La Différence« . Au total un groupe de presque 40 personnes… Du gâteau pour permettre à nos 3 hôtes en chaise de profiter de l’air épuré et des paysages somptueux des gorges du Daluis.
Tu parles Charles! Dès la première montée la mise en branle des 3 attelages fut physique. Tous les hommes vaillants de la troupe se sont relayés, suants au soleil encore chaud de ces journées ensoleillées d’automne. Et cela du début à la fin. Dans les montée en poussée, en descente dans la retenue. Il faut dire que c’est un coup à prendre.
Du coup difficile de s’occuper vraiment du groupe Altiplus pour les accompagnateurs, mais une ambiance participative autour de cette invention géniale que sont les joellettes. Tout le monde participe à une attention de tous les instants pour prévenir les « à coups » du terrain et la bascule latérale de ces « chaises à roue ». Nos amis handicapés ont pu bien profiter de la balade et c’est ça qui est important.

Nous avons accédé aux plateaux calcaires de la Colla surmontant les gorges par une longue montée. Fais le tour par le chemin bordant le Val Daluis puis, après s’être restauré dans la descente, le retour s’effectua dans les schistes de pélites rouges des gorges proprement dites. Quel spectacle inépuisable que ces minéraux de grès fin dont la couleur rouge chatoyante presque lie de vin nous fais croire être dans un « Colorado » du bout du monde… Avec en perspective la limite bien visible entre les calcaire du Trias au dessus de nos têtes et le pélites rouges. Entre les 2 couches géologiques, une fine bande noire. En grattant avec les mains on peut récupérer entre les doigts cette cendre volcanique vieille de 250 millions d’année, conséquence d’un grand volcanisme ayant entraîné une extinction de 95% des espèces vivantes sur terre.

Encore merci à Pascal et ses amis de nous avoir rappeler l’importance du don de soi au profit des autres… et de la douleur des ampoules aux mains!

Photos de Guillaume

Photos de Noëlle et Lucile

Et celles de Osons La Différence sur leur blog.

Rediffusion Spéciale : 13 Mars 2016 – La Cime du Raton

Des 50 centimètres tombés 10 jours avant cette randonnée, il ne restait plus grand chose sur les adrets du plateau de Beuil Valberg. Par contre sur l’ubac, il persistait par endroit une épaisse couche de neige.

Nous longerons d’abord en partie basse de l’itinéraire, les pistes de ski du secteur des Eguilles accessibles depuis le hameau des Launes pour rejoindre les couverts forestiers en pente. Nous profiterons d’empreintes opportunément croûtées de skieurs pour nous économiser sur le début de la montée vers le faux Raton. Nous rejoindrons enfin la vraie cime du Raton où un vent glacial nous laissera à peine le temps de nous restaurer avant de nous chasser.

La redescente s’est donc faite à grandes enjambées mais dans une neige réchauffée et maintenant poudreuse. Beaucoup d’empreintes d’animaux ont ainsi été vues. Sur un belvédère entre les 2 cimes, une meute de loup semblait même avoir passé une nuit…

Rajoutez à cela bon groupe de sportif motivés et une humeur enjouée. Une super randonnée d’hiver pour convaincre tout ceux qui hésitent à venir aux sportives de franchir le pas !

Merci à Isabelle et Laurent pour les photos

Samedi 20 avril 2019 – La Mangiarde – La tour sur Tinée