Dimanche 3 février 2019 – Le plateau Saint Jean

Une superbe modification de programme – orchestrée par Matthieu et Noémi – nous a permis de découvrir le plateau Saint Jean, sur la commune de Beuil. De l’organisation il en faut, pour venir à bout de la météo variable et du manque de véhicule avec chauffeur et chaînes. Mais de la ressource nous avons, pour ne pas louper une si belle journée.

Nous voilà donc à pied d’œuvre, chaussés, gantés, bonnetés, prêts à nous régaler. Pour certains participants c’est une découverte de l’activité, pour d’autre c’est une découverte des randonnées altiplus, pour une participante c’est même la découverte de ces montagnes du Sud.

La neige est là. On peut s’ébrouer, se jeter des boules, faire la trace, glisser sur les fesses, s’enfoncer jusqu’aux genoux. En tout cas, on s’émerveille. Nous avançons, rythme cool et pauses appréciables, pour commenter les alentours et les conditions.

Quelques traces dans la neige, laissent penser qu’en plus des bipèdes à bâtons, il y a ici des autochtones tel le lièvre variable (ou blanchon) et le renard. Ils profitent beaucoup du cynorhodon pour se nourrir. Bien sûr, on profite de tout cela quand on accepte de quitter la confortable trace damée, pour aller faire the trace in the snow.

La pause pique-nique à la chapelle était la bienvenue, pour se sustenter et partager. Puis l’arrêt au troquet fut agréable pour clôturer cette belle journée d’effort et de détente.

A bientôt, Jean.

Samedi 19 janvier 2019 – La Cime du Baudon

Le Baudon c’est la montagne à la mer. Elle est tellement proche, tellement présente qu’il ne faut pas oublier sa canne à pêche quand on monte là-haut.

Pour aller là-haut, on passe par des sentiers qui montent, qui montent, qui montent…guiliguiliguili. Et puis après pour redescendre on emprunte d’autres sentiers qui finissent au paradis.

Le paradis du coin, c’est Saint Agnès : village décor de cinéma, panorama synoptique, terrasse de café ultra sympathique, menus orgiaques… ça vaut vraiment le détour.

Des détours on en fait plein dans cette balade, notamment parce qu’on passe du versant sud au versant nord, parce qu’on franchit quatre cols, parce qu’on remonte quand on en a plus envie.

L’envie ça se travaille, ça s’entretient. L’envie d’aller là-haut. L’envie d’aller voir plus loin. L’envie de se vider la tête. L’envie de se fatiguer le corps. L’envie de partager.

Partager quoi ? Tout seul, l’un derrière l’autre, chacun dans sa tête. Et pourtant tous ensemble, vers le même objectif, à l’écoute les uns des autres. Parce que l’autre, c’est la vie.

Vivre. Se sentir vivre. C’est peut-être ça qu’on cherche en montant là-haut. Pour ma part, cette fois c’était réussi. Bingo ! aujourd’hui, c’était « du beau, du bon, du Baudon ».

Merci à vous et à bientôt, Jean.