Les prochaines randos…

Mis en avant

Vous souhaitez rejoindre le club de randonnée Altiplus? Retrouvez ici toutes les informations pour adhérer et s’inscrire aux randonnées. Et si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à nous contacter!

Téléchargez le programme du trimestre ou cliquez ci-dessous sur l’annonce de la randonnée qui vous intéresse pour avoir tous les détails de la sortie : description, rdv, etc…
Vous pouvez aussi vous inscrire à notre liste de diffusion pour recevoir chaque semaine par mail les informations détaillées des randonnées du week-end suivant.

Voir les archives de nos annonces de randonnées…

Val d’Entraunes entre Sussis et Enaux – juin 2019

Le Val d’Entraunes, ce n’est pas tout près, mais en cette saison de floraison intense ça valait vraiment le coup. La Grande Aiguilles de Pelens est bien présente et participe à ce décor vraiment spectaculaire.

Les météos ayant fourni des pronostics divers, nous sommes partis confiants, résolus et vigilants avec ce qu’il fallait dans les sacs à dos. Eh bien tout a servi ! Mais quel plaisir de s’abriter sous un rustique lavoir au moment le plus fort de la giboulée.

L’itinéraire consistait à faire une boucle pour rejoindre Enaux depuis Sussis. Alors dans un mouta-cala effréné nous nous sommes employés à parcourir ces sentiers ancestraux qui permettent d’avoir un bon aperçu de ce val. Attention le chemin a été détourné et retracé sur une portion, et s’effondre un peu sur une autre. Ça donne un petit côté cataclysme qui rajoute encore à l’affaire.

Finalement après avoir trouvé une place de pique-nique confortable, après avoir échappé à tous les obstacles, après avoir admiré des millions de fleurs multicolores, nous nous sommes arrêtés à Guillaume pour côtoyer les motards, les cyclistes et les voitures de collection qui ont déjà commencé à user l’asphalte.

A bientôt Jean

La Cime de Gauron 01/06/19

La cime de Gauron est un sommet secondaire de la Roya. Du coup plutôt que de lui monter dessus, on le contourne. Ça lui gratte moins le dos, et ça l’encourage à grandir.

Mais en faire le tour n’est pas une demi-rando. Ça vaut vraiment le détour. Il y a plein de choses à voir et à raconter, plein de pas à faire à la monté et quelques glissades à la descente.

Pour le rejoindre le départ, c’est déjà quelques sensations en voiture. Il y en a qui ferment les yeux, il y a en qui serrent les fesses, il y a en a qui s’éclatent dans les virages. Bref Berghe inférieur est un petit village d’où l’on descend en haut pour rejoindre Berghe supérieur, plein de charme avec ses ruelles et ses histoires de contrebandiers.

Ensuite sur le chemin, on passe par Granile ; il n’est pas dégueu non plus ce village caché avec ces toits de lauses et son clocher à bulbe. On passe aussi par les granges de Gauron, où le coin pique-nique est vraiment bucolique.

Du Pas de la Tranchée, on voit la cime de la Nauque. C’est promis la prochaine fois c’est par là-haut qu’on s’essoufflera.

A bientôt, Jean.

La Tête de Travers – le 4 mai 2019

Nous y sommes allés pour voir de plus près, de quoi il retourné. Et pour essayer de comprendre de quoi il s’agissait. Éventuellement, on aurait bien mesuré l’angle du déséquilibre. Et puis la contempler, faire des selfies, des aquarelles, avec nous au sommet de cette tour de Pise naturelle.

Mais voilà, ce n’est pas tout près ! Il faut même sortir de département, se rendre dans un village inconnu, prendre une route plus étroite tu meurs, et qui finis par n’être plus qu’une piste digne du salaire des pneus, des embrayages et des amortisseurs.

Bref on se gare au col du FAM. Pas ailleurs. Pas à un autre col, avec un autre nom. Et on part pour une balade sur de bons sentiers, et pour une fois, sans coup de peinture sur les jolis cailloux. Pas de panneaux indicateurs non plus. Mais le terrain s’y prête, et tant qu’il n’y à aucune raison de se perdre tout va bien.

On monte. On monte. Et on monte. Mais ça passe bien. La montagne est belle et les points de vue valent le coup. Finalement, on traverse l’Ecosse. Et puis quand le temps se gâte, c’est qu’on est arrivé en Island. Une bonne petite tempête nous attend au sommet : brouillard, vent, grésille, froid. Malgré des chemins différents, on se retrouve tous sur le plateau sommital. Avant de redescendre, on se compte plusieurs fois, pour être certains de ne laisser personne là-haut, tout seul dans la tourmente.

Pour une fois, pas de pique-nique au sommet, faut redescendre le ventre vide. Mais qu’est-ce que c’est bon de sentir que c’est la montagne qui décide. Il y a comme ça des décisions qui ne viennent des êtres vivants. On aurait tendance à l’oublier.

La descente est plus courte. Mais aussi plus raide et avec moins de sentier. Ça aussi c’est bon, quand ça devient un peu technique et que ça demande un effort. Mais même en faisant attention, en restant vigilant, on peut y avoir droit. Aller hop, à qui le tour ? Par ici, se sera une foulure à la cheville pour la dame. Et par là une fracture du pouce pour le monsieur.

Finalement, on arrive quand même tous en bas. Suffisamment en état pour reprendre les mêmes risques sur la route, et pour rejoindre le bistrot d’Entrevaux.

Merci à vous, et à bientôt, Jean.

Samedi 20 avril 2019 – La Mangiarde – La tour sur Tinée