Les prochaines randos…

Mis en avant

Vous souhaitez rejoindre le club de randonnée Altiplus? Retrouvez ici toutes les informations pour adhérer et s’inscrire aux randonnées. Et si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à nous contacter!

Téléchargez le programme du trimestre ou cliquez ci-dessous sur l’annonce de la randonnée qui vous intéresse pour avoir tous les détails de la sortie : description, rdv, etc…
Vous pouvez aussi vous inscrire à notre liste de diffusion pour recevoir chaque semaine par mail les informations détaillées des randonnées du week-end suivant.

Voir les archives de nos annonces de randonnées…

Dimanche 11 décembre 2018 – Les meules de Bagnols en Forêt et le Pic de la Gardiette

Il ne faisait pas chaud, ce matin-là. Nous étions huit et tout autour de nous était bien plus nombreux. La mer, au loin luisait. Ici, des pierres avaient été modelées, autrefois, pour ressembler à d’improbables roues massives et impitoyables. Là, des arbres s’étaient tordus de douleur. Il restait sur leur visage les traces de l’étrange bataille qui se livra naguère dans le creux des futaies, quand le vent était imprévisible. Un oppidum jouait les filles de l’air. Mais nous étions huit et nous n’en fûmes pas même surpris…

 

 

Dimanche 4 février – Tinée- Col d’Anelle

Retour en photos sur la sortie de la semaine dernière; Nous étions nombreux mais c’est normal tout le monde voulait être au RDV avec le Soleil.

Une bonne partie de groupe avait profité à la descente pour faire sa propre trace et profiter de la poudre tomber la veille.

Et pour répondre à vos questions concernant la route de l’Énergie que nous avons aperçu en face, et qui mène au lac de Rabuons. Une galerie a été percée pour permettre de soutirer les eaux dans le vallon du Rabuons qui rejoint la Tinée quelque 1400 m plus bas. Utilisées pour alimenter l’usine hydroélectrique de Bancairon sur la Tinée. La prise d’eau est installée en 1939. En fonction de l’ouverture des vannes de la prise d’eau, le niveau du lac de Rabuons peut se trouver en dessous de sa cote naturelle. Encore exploitée aujourd’hui par EDF pour alimenter la production hydroélectrique  de la vallée de la Tinée.

Nous avons fini au tour d’un verre à Saint-Étienne-de-Tinée.

Merci au groupe pour cette journée à bientôt Noémi

Mont Paracuerte sortie raquettes 28 Janvier

Nous avons attendu cette neige depuis un moment mais la patience à payer .La randonnée avait démarré dans un vrai paysage hivernal. Nous avons bien apprécié le moment de passage au Soleil qui ne nous a pas quittées quasiment jusqu’à la fin.

Sous une Soleil brillante nous avons gagné d’abord le lac de Grenouille puis les crêtes de Paracuerte, sans aller jusqu’au sommet, mais notre lieu du pique-nique nous a offert un panorama de 360 dégrée sur les sommets environnent.

La descente fut un plaisir. Les images et une petite vidéo.

À très bientôt Noémi

Tour du Mont Razet du 21 Janvier 2018

Entre pays mentonnais et pays sospellois, le circuit du mont Razet permet de marcher sur une de ces grosses collines qui ont vraiment les pieds dans l’eau.

Après un rendez-vous qui pouvait sembler matinal, par rapport à la proximité de la randonnée, nous avons rejoint le col de Castillon. L’itinéraire commence cool, mais assez vite l’inclinaison du sentier divise le groupe. Quelques pauses permettent de ne pas se perdre de vue, et que tous les participants profitent des explications sur ce qui nous entoure.

A la baisse de Scuvion, la vue sur le massif du Mercantour est magnifique. D’ici nous corrigeons quelque peu l’itinéraire proposé par le Randoxygène, en rejoignant le col de Roulabre. Cela permet de tourner autour du mont Razet, avant d’en faire l’ascension, et de profiter de l’alternance entre les ambiances d’ubac et d’adret.

Puis c’est le passage au lieu-dit de la Pierre Pointue, où les jeunes passionnés de l’histoire militaire se transforment en chiens fous, avec pour objectif de tout visiter. Mais avant tout, le sommet ! Pas tellement pour ce qu’il représente, mais surtout parce que la pause pique-nique y est prévue. C’est un petit sommet, mais qui permet d’aborder beaucoup de sujets, notamment sur l’occupation humaine depuis la nuit des temps jusqu’à aujourd’hui, de migration en migration.

Puis c’est la descente – avec cette fois une vraie visite du poste militaire avancé – et enchaînement des lacets dans ce raide versant. Le chemin est caillouteux, avec des marches naturelles pas toujours faciles à négocier et qui mettent à rude épreuve les genoux et les cuisses des pratiquants les moins entraîner. Une chute de l’une des participantes, heureusement sans gravité, montre bien qu’il faut rester vigilant.

A bientôt Jean Capitant