Dimanche 17 juin 2018 – Puy de Rent

Le Puy de Rent, c’est bien connu, est un lieu tout nimbé de mystère. On dit que les nuits de sabbat y sont plus fréquentes que les jours d’orage et les jours de grand vent additionnés auxquels on aura soustrait les jours où TF1 a dit qu’il allait faire mauvais alors qu’en vérité il aura fait très beau, ce qui n’est pas peu.

Tout nimbé de mystère, disais-je. Il n’est qu’à regarder les changeantes couleurs du ciel, les prairies parsemées de fleurs si étranges que le meilleur des accompagnateurs du monde n’est pas seulement fichu de se souvenir de leur nom et ces énigmatiques cailloux blancs disséminés en cercles dans l’herbe verte comme des pointillés inquiétants tracés sur le parchemin de la vie semblant présager d’un avenir funeste pour notre belle planète et nos non moins belles cacahuètes.

Mais quoi ? Aurions-nous eu la berlue ? De cailloux point. Il s’agissait de champignons… De jolis rosés des prés, ces cousins épris de liberté des champignons de Paris (parce que je ne veux pas dire mais Paris et la liberté ça fait deux)…

Pourquoi poussent-ils donc en rond ? Pour danser la Carmagnole, vive le son, vive le son, danser la Carmagnole vive le son du canon ? Eh ben non. Ces insolites formations circulaires ne sont rien de plus que la preuve incontestable du bénéfice tiré par les champignons subséquemment à l’atterrissage des soucoupes volantes. En effet, tous les ufologues vous le diront, il reste toujours, accroché aux flancs desdites soucoupes et qui est le résultat de voyages cosmiques réguliers et de moins en moins chers pour l’extraterrestre moyen, un peu de poussière d’étoile. Or, c’est bien connu, la poussière d’étoile est l’engrais naturel le plus efficace pour raconter n’importe quoi sur un blog suivi par la quasi totalité des habitants de la terre et par les adhérents d’un (formidable) club rando azuréen suffisamment crédules pour avaler n’importe quoi.

Notez qu’un petit rosé des prés avec une goutte d’huile d’olive et une petite tartine de tapenade, c’est tout sauf n’importe quoi…

 

Dimanche 10 juin 2018 – Cime de Marta

Mettons les choses au point. Ce dimanche, au cours de notre magnifique excursion pédestre (mais pas que) sur la Cime de Marta, l’accompagnateur responsable du groupe, de la randonnée, de l’heure d’arrivée au café après la randonnée et du bonheur de l’humanité toute entière (à l’exception de la Corée du Nord depuis que l’Oncle Sam a décidé de faire le job désormais) entendit un des participants – lequel énumérait depuis un bon quart d’heure déjà les nombreuses qualités qui constituent autant de raisons de s’accorder sur l’indéniable fait qu’Altiplus est décidément le meilleur des clubs de randonnée sur le marché – prononcer ces paroles consternantes : « et aussi l’humour… »

Là, disons-le tout net, le sang de l’accompagnateur n’a fait qu’un tour ! Car, nous vous en faisons le serment ici, jamais l’humour ne passera par nous et, pour paraphraser le plus 2.0 (deux point zéro) des présidents de la cinquième République, s’il y a bien une chose à quoi nous ne céderons rien, c’est bien l’ironie.

Eh quoi ! S’aviserait-on, dans notre dos, de faire de l’humour à la petite semaine sans que les têtes pensantes de l’association en aient jamais été avisées ? Cela ne se peut. L’honneur du club est en jeu et une association loi 1901 digne de ce nom, soucieuse d’assumer son rôle de leader incontesté sur le marché des clubs de rando de la start-up nation qu’est la France, ne saurait s’encombrer des scories délétères des temps anciens, c’est-à-dire d’avant la restauration de la monarchie et l’instauration de la novlanguedebois comme langue officielle du royaume.

Agissons sans tarder donc. Le-la coupable, si coupable il y a, doit être identifié-e et châtié-e ainsi qu’il-elle le mérite. En place publique, c’est-à-dire en direct sur facebook, nous le clouerons au pilori et le gaverons de pissaladières, tourtes, gâteaux, tablettes de chocolat noir à la fleur de sel, thé délicieusement parfumé et préparé avec amour et autres supplices gastronomiques. Cela lui fera les pieds, ce qui, vous-vous en conviendrez, est le comble pour un-e accompagnateur-trice…

Quant aux pierres qui volent, ne croyez surtout pas ceux qui vous racontent ce genre d’histoires à dormir En Marche, ça n’existe pas…

Samedi 09 Juin 2018 Rando Apéro

Voici les ressentis d’ ELISA NERI qui à vécu sa première randonnée apéritif:

« Quoi de mieux qu’une randonnée apéritif accompagnée du coucher de soleil et d’une vue imprenable sur mer et montagnes?

Samedi soir, nous avons découvert les richesses du haut pays Vençois tout en partageant une soirée conviviale et originale. Il était impressionnant de traverser ce paysage verdoyant et de voir comment la végétation avait grandi grâce à toute cette pluie tombée récemment. Ce n’est que vers 21h20, que nous avons eu la chance de voir le soleil disparaître derrière les montagnes, ce qui laissait place au crépuscule.

Dans un cadre magique et une vue à couper le souffle sur une partie de la French Riviera, il était temps de s’hydrater et de reprendre des forces (comme on dit après l’effort, le réconfort ! ) en goûtant aux produits locaux.

Au fur et à mesure que l’heure passait, nous pouvions assister à un dégradé de couleurs incroyable dans le ciel, puis regarder la nuit tomber sur les villes qui commençaient à s’éclairer petit à petit. Après ce spectacle de la nature, il était temps d’entamer la descente qui fut tout aussi agréable. Nous avons pu voir le reste de
brume sur le haut des montagnes et les étoiles qui scintillaient dans le ciel.

Cette expérience nous a permis «d’écouter le silence» que la vie nocturne nous offre ( et les crapauds aussi ). Enfin arrivés à la voiture, nous étions vidés de notre énergie et ravis de cette randonnée riche en émotion. »

Merci à Elisa pour les photos et l’article.

Samedi 2 Juin – Le Mont Autcellier – Moyenne Tinée

Voilà « la balade » avec une variété des fleurs et une vue dégagée et sans PLUIE c’est assez rare ce dernier temps mais cela ne dépende pas de nous! Il faudra arrêter de demander à « Saint Maxime » la pluie du ciel qui rend la terre féconde…

Un groupe sympa et pour une fois  » la tendance » des mètres de dénivelé se sont révélés sur le terrain finalement MOINS nombreux « que ceux que les têtes pensantes d’Alti+ avaient dénombrés en établissant le programme… » mais cela n’a pas du tout dérangé notre petit groupe.

Retour en image sur cette journée.

Merci au groupe et Jeremy pour les photos à très bientôt Noémi.