Tour du Mont Razet du 21 Janvier 2018

Entre pays mentonnais et pays sospellois, le circuit du mont Razet permet de marcher sur une de ces grosses collines qui ont vraiment les pieds dans l’eau.

Après un rendez-vous qui pouvait sembler matinal, par rapport à la proximité de la randonnée, nous avons rejoint le col de Castillon. L’itinéraire commence cool, mais assez vite l’inclinaison du sentier divise le groupe. Quelques pauses permettent de ne pas se perdre de vue, et que tous les participants profitent des explications sur ce qui nous entoure.

A la baisse de Scuvion, la vue sur le massif du Mercantour est magnifique. D’ici nous corrigeons quelque peu l’itinéraire proposé par le Randoxygène, en rejoignant le col de Roulabre. Cela permet de tourner autour du mont Razet, avant d’en faire l’ascension, et de profiter de l’alternance entre les ambiances d’ubac et d’adret.

Puis c’est le passage au lieu-dit de la Pierre Pointue, où les jeunes passionnés de l’histoire militaire se transforment en chiens fous, avec pour objectif de tout visiter. Mais avant tout, le sommet ! Pas tellement pour ce qu’il représente, mais surtout parce que la pause pique-nique y est prévue. C’est un petit sommet, mais qui permet d’aborder beaucoup de sujets, notamment sur l’occupation humaine depuis la nuit des temps jusqu’à aujourd’hui, de migration en migration.

Puis c’est la descente – avec cette fois une vraie visite du poste militaire avancé – et enchaînement des lacets dans ce raide versant. Le chemin est caillouteux, avec des marches naturelles pas toujours faciles à négocier et qui mettent à rude épreuve les genoux et les cuisses des pratiquants les moins entraîner. Une chute de l’une des participantes, heureusement sans gravité, montre bien qu’il faut rester vigilant.

A bientôt Jean Capitant

 

Samedi 20 janvier – Raquettes – Cime de Gratin

La neige était dure. Nous étions partis du camp de base un peu plus tard que prévu et la journée promettait d’être épique. Pas autant qu’eût été, sur un autre continent, l’ascension du Pikey Peak avec quelques verres de raksi dans le nez mais pas loin. Cependant, comme nous n’allions pas loin, nous y allâmes tout de même. La neige était dure. Et la pente raide. Et le ciel inclément. Mais le café avait été excellent et c’est pourquoi nous étions prêts à tout. Et puis, il faut le dire, l’expédition était composée des meilleurs d’entre nous. Le gratin. Seul l’accompagnateur constituait une note un peu discordante dans cet accord parfait. Mais on ne peut pas être parfait en tout. Altiplus est sans conteste le meilleur club de rando des Alpes Maritimes (pour ne pas dire du 06) mais ses accompagnateurs ne valent pas grand-chose. 16 euros pour une randonnée pareille ? C’est donné. Comment voulez-vous jouer dans la cour des grands dans de telles circonstances ? Non, moi je dis : si l’on veut le toucher gratin, il faut pratiquer des prix gratinés. Attention cependant, il faut éviter de toucher le gratin lorsqu’il sort du four. C’est chaud. Et si c’est chaud, ça fait fondre la neige. Or, vu l’état actuel du manteau  neigeux, il est préférable de ne rien faire qui puisse accélérer le réchauffement climatique. Il est donc indiqué de prendre des gants pour toucher le gratin. Surtout quand la neige est dure…

Dimanche 14 janvier 2018 – Raquettes au Col de la Lombarde

Nous étions 13 courageux, ce jour, qui avions choisi de partir à la chasse à l’émeu au dessus d’Isola 2000 sous la conduite de ce qui se fait sans doute de mieux dans l’accompagnement en montagne (Noémi) et de la chasse à l’émeu en plein hiver à plus de 15 000 kilomètres de l’Australie (Matthieu). Mais il faut bien dire qu’il y avait une entourloupe dans l’air. En bon chasseur roublard, Matthieu avait laissé entendre que l’émeu se chasse avec un appât bien particulier : la galette des rois. Mais en mauvais chasseur qu’il est, il avait oublié de préciser que l’émeu n’est ému que par la galette des rois niçoise avec de la brioche et de bons gros fruits confits. Si bien que, lorsque fut venu le moment du pique-nique, nous nous résolûmes à manger l’appât destiné à l’émeu et fîmes notre deuil d’une chasse fructueuse en nous cassant les dents sur des fèves en porcelaine et en noyant notre tristesse de redevenir bredouilles dans le cidre, le vin et le thé roumano-hongrois.

Un peu plus tard, nous décidâmes de lancer les quelques randonneurs d’Altiplus encore vaillants (mais pas complétement sobres) à l’assaut de la tête de l’Adrech d’en Barris où vivait autrefois une espèce endémique d’émeu (Dromaius novaehollandiae Isoladeuxmillensis) dont les scientifiques se demandent s’il ne s’agit pas de la fameuse espèce originelle qui, lasse des frimas de la montagne des Alpes Maritimes, s’en est allée coloniser l’Australie il y a une grosse poignée de millions d’années.

Eh bien vous savez quoi ? Le plus drôle c’est que, même sobre (ici, la vérité nous oblige à utiliser le singulier car hormis Matthieu, lequel ne boit jamais pendant le service en bon professionnel qu’il est, tout le monde était bourré), le seul témoin digne de confiance de cette périlleuse aventure peut témoigner que nous trouvâmes l’émeu et que nous en fûmes très émus.

Magnanimes, nous lui laissâmes la vie sauve en nous excusant d’avoir mangé toute la galette qui lui était destinée. Puis, nous retournâmes à Isola 2000 en nous promettant de ne parler de cette découverte à personne et d’aller boire un verre en arrivant pour fêter ça comme il se devait.Ce que nous fîmes…

Et tous nos meilleurs voeux 2018 …

Toute l »équipe d’Altiplus vous souhaite une merveilleuse année 2018. On espère vous apporter du bonheur et de l’évasion à travers nos programmes de sorties.

Avec un peu de retard, vous trouverez le programme du 1er trimestre 2018 en ligne à la rubrique téléchargement, programme du trimestre ou en cliquant sur le lien tout simplement.

Notre  formulaire d’adhésion 2018 est aussi disponible  en ligne, à la rubrique téléchargement, «  formulaire 2018  »  ou aussi en cliquant sur le lien.

Nous vous informerons en semaine 2 de nos programmes de week-ends et séjour 2018. Voici un petit extrait  le 16 et 17 février  :week-end raquettes gourmand en chalet de montagne Le 24 et 25 février : week-end chiens de traineaux Le 3 et 4 mars: week-end trappeur

Les voyages , Trek et méditation au Népal en avril, en septembre Majorque en étoile, en octobre trek au Mustang et en décembre le Cap Vert.